Uncategorized

Google retire sa licence Android à Huawei

La société chinoise doit de toute urgence renforcer son jeu logiciel. 

Après le décret signé par l’administration Trump interdisant aux sociétés américaines d’entretenir des relations commerciales avec des sociétés étrangères « à risque », Google mais aussi Intel et Qualcomm ont décidé de rompre leurs liens avec le fabricant chinois. 

Alors même que Huawei vient de s’emparer de la 2e place au classement mondial des ventes de smartphone et que  le P30 est considéré comme le meilleur photophone du marché,  c’est un véritable coup de tonnerre qui s’est abattu sur le fabricant chinois. Coup sur coup, GoogleIntel et Qualcomm ont annoncé qu’ils mettaient un terme à leurs relations commerciales avec Huawei, mais aussi sa filiale Honor. 

Pourquoi ces trois géants de l’informatique ? Parce qu’ils sont américains, et qu’ils se plient au décret publié par le gouvernement américain qui interdit aux entreprises américaines de commercer avec des entreprises étrangères jugées « à risque ». Un décret qui vise essentiellement Huawei et ZTE dont le matériel réseau installé à l’étranger, aux États-Unis, en Europe ou encore en Australie, serait utilisé par la Chine pour espionner. 

Concrètement, que signifie ce divorce ? D’abord, que Google n’accordera plus de licence Android à Huawei et Honor, et que les smartphones des deux marques ne pourront plus installer d’applications Google, ni proposer de télécharger des applications depuis le Play Store. En clair, Huawei et Honor sont privés de système d’exploitation ! Et de processeurs et de composants puisque Qualcomm et Intel suivent le mouvement. 

Les modèles déjà commercialisés seront-ils épargnés ? 

Qu’en est-il pour ceux qui possèdent aujourd’hui des smartphones Huawei comme le P20 ou le P30 ? Leur téléphone n’est pas concerné par cette mesure, et c’est le cas pour tous les smartphones vendus avant cette interdiction. En revanche, ne comptez pas sur la prochaine version d’Android, ni sur les mises à jour de sécurité ! 

Est-ce pour autant la mort de Huawei et de Honor ? En dehors de la Chine, il sera compliqué d’exister sans Android. Mais le géant chinois a dans ses cartons son propre système d’exploitation et il peut toujours utiliser la version publique d’Android. Le problème est qu’il est compliqué aujourd’hui de survivre sans les applications Google que sont ChromeGmail ou encore Map. Sauf en Chine où Google est absent… 

Ce ne sont pas tous des développements dévastateurs. Selon un rapport deBloomberg , des fabricants de puces comme Intel, Qualcomm et Broadcom ont déclaré au personnel qu’ils ne vendraient pas de pièces à Huawei jusqu’à nouvel ordre, la société chinoise est en mesure de fabriquer ses propres puces. Bien sûr, il utilise des processeurs Qualcomm bas de gamme pour certains de ses téléphones de milieu de gamme. Mais ces dernières années, son entreprise de combinés a opté pour l’adoption de ses propres chipsets Kirin et de ses modems Balong . Les dernières options de la série Kirin 900 de Huawei se sont avérées suffisamment puissantes pour rivaliser avec les Snapdragons haut de gamme de Qualcomm. Il est donc probable que ses téléphones ne subiront pas de problèmes de performances en changeant de position.

La sociéte chinoise doit de toute urgence renforcer son jeu logiciel

Huawei

Cela devient plus compliqué avec les processeurs pour ordinateurs portables. Le domaine est dominé par Intel et, à notre connaissance, Huawei n’a aucune expérience dans la fabrication de jeux de puces pour PC. Même si c’est le cas ou, ce qui est moins probable, s’il s’associe à AMD pour utiliser ses processeurs, les consommateurs ont tendance à préférer les composants de marque Intel. Il est fort probable que, dans un avenir prévisible, les ambitions de Huawei en matière d’ordinateurs portablessoient en suspens.

La perte d’Android

Le plus lourd des coups, cependant, est Google en tirant le support Android. La grande majorité des téléphones et des tablettes de Huawei utilisent Android, ce qui signifie qu’une grande partie de son portefeuille de consommateurs serait affectée. De plus, le logiciel n’est pas le point fort de Huawei. Par conséquent, même s’il utilise par défaut le système de sauvegarde qu’il a préparé pour de telles situations, il est fort à parier que son expérience ne sera pas satisfaisante .

Pour être clair, Huawei est toujours autorisé à utiliser un projet Open Source pour Android (AOSP) pour créer son propre système. Google a déclaré: “Pour les utilisateurs de nos services, Google Play et les protections de sécurité de Google Play Protect continueront de fonctionner sur les systèmes existants. Appareils Huawei. ” Si vous possédez actuellement un téléphone Huawei, vous pourrez toujours accéder à vos applications tierces. Ceux qui utilisent les services de Google, tels que Gmail, Google Drive, Google Maps et YouTube par exemple, devront probablement trouver des alternatives. Compte tenu du nombre de personnes qui sont verrouillées dans ces options et qui apprécient le fait de pouvoir synchroniser leurs informations sur divers appareils, cela pourrait toutefois être un facteur décisif pour certains.

Related posts

In Mozambique, a Living Laboratory for Nature’s Renewal Are On The Way

ADMINISTATION

How Big Brands Trick Us Into Buying Their Crappy Chocolate

ADMINISTATION

BlackRock’s Rieder Halved Fund’s Emerging Market Exposure

ADMINISTATION

Despite Egypt’s Dismal Human Rights Record, U.S. Restores Military Aid

ADMINISTATION

U.N. Palestinian Agency Will Trim 267 Jobs, Citing U.S. Funding Cut

ADMINISTATION

New York State Revokes Approval of Charter-Time Warner Cable Deal

ADMINISTATION

Leave a Comment